Gustave Moreau, l’ouvrier assembleur de rêves - (52 min)

Portrait du peintre Gustave Moreau depuis son hôtel particulier à Paris, qu’il a lui-même transformé en musée. Visiter ce lieu, c’est rentrer dans la tête du peintre, suivre sa pensée d’artiste à travers sa documentation, ses esquisses, ses toiles.

Un film écrit et réalisé par Bernard Bœspflug. Image Michel Dunan. Son Maxime Gavaudan. Montage Éric Renault. Musique Pierre Boespflug. Produit par Dominique Gibrail pour les Films du tambour de Soie, en coproduction avec La Cinquième et la RMN (Réunion des Musées Nationaux). Durée 52 minutes. Année 1998.

Le peintre Gustave Moreau est l’une des figures emblématiques de la fin du XIXème siècle. À sa mort en 1898, il a laissé un témoignage exceptionnel sur son œuvre : un musée. Ce musée, Gustave Moreau l’a voulu, pensé et réalisé dans sa demeure parisienne et ses grands ateliers. Il l’a légué à l’État pour l’ouvrir au public : le musée et l’œuvre sont devenus aujourd’hui indissociables.

Tout son travail d’artiste y figure, de la plus petite esquisse aux peintures (souvent inachevées), en passant par les dessins, les aquarelles, ou par ses copies de maîtres anciens. Dans l’appartement familial, du premier étage, à travers de multiples objets liés à sa vie intime et à son époque, il se met aussi en scène dans un musée sentimental qui offre au public les clés secrètes de sa vie (toutes autres sources que cette mise en scène, ont été détruites comme ses correspondances privées).

Entrons dans ce lieu et pénétrons dans le monde de Gustave Moreau : derrière l’œuvre, au détour de ces pièces, un homme se dévoile, l’art d’un siècle retrouve sa mémoire. Entièrement tourné dans le musée, ce documentaire compose un double mouvement, par les images dans de longs plans qui décrivent l’espace et relient des œuvres entre elles comme autant d’associations d’idées, et par une bande son où l’on entend des visiteurs invisibles s’exprimer devant les œuvres et les propres réflexions de Gustave Moreau lues par un comédien. Une partition pour piano seul accompagne cette rêverie dans ce lieu unique.

www.bernardboespflug.com • webdesign : www.snap-color.com